Retour

Azalée du Japon

Cette description concerne l'une des azalées d'extérieur les plus courantes : l'azalée du Japon, un bel arbuste qui se couvre de fleur au printemps.

Nom commun : Azalée du Japon
Nom latin : Azalea japonica syn. Rhododendron obtusum
Famille : Éricacées
Catégorie : Arbuste

Classique des jardins japonais, l'azalée du Japon - de son petit nom Azalea japonica, ou Rhododendron obtusum ! - est un petit arbuste au port buissonnant, appartenant à la famille des Ericacées. Le feuillage vert, parfois panaché de blanc pour certaines variétés, est composé de feuilles ovales. Il est persistant, ce qui le distingue de l'azalée de Chine, Rhododendron mollis, au feuillage caduc. L'azalée du Japon peut atteindre 1 à 2 mètres de hauteur, mais guère plus de 50 cm en pot. Sa floraison printanière époustouflante dure plusieurs semaines en avril-mai, et ses fleurs blanches, roses, rouges ou mauves selon les variétés, vous combleront ! C'est sa cousine l'azalée d'Inde - Azalea indica - non rustique, que vous retrouverez en pot pour l'intérieur.

Type de plante Arbuste
Végétations Vivace
Autres noms
Hauteur à maturité 40 - 180
pH 4 - 6
Emplacement / Exposition
Exposition 3
Granulométrie 4
Besoins en eau 6
Résistance au gel Très bonne
Zone USDA 6a
Fertiliser

Pour une belle floraison, prévoyez d'apporter au printemps et en automne de l'engrais pour plantes de terre de bruyère, aussi bien en pleine terre qu'en pot ; vous pouvez également faire un apport de fumier bien décomposé, au printemps, à épandre au pied des plantes. En terrain lourd et argileux, incorporez un peu de soufre en surface, en faisant bien attention à ne pas le sur-doser.

Tailler

Pour prolonger la floraison, vous pourrez couper au fur et à mesure les fleurs fanées en veillant à ne pas toucher aux bourgeons : ce sont eux qui donneront la floraison de l'année suivante ! Profitez-en pour supprimer le bois mort et les branches abîmées ou mal placées.

Tailler

Taillez les jeunes sujets pour favoriser une forme bien ramifiée : les deux ou trois premières années, en avril ou mai, pincez l'extrémité des nouvelles pousses au-dessus d'une feuille ; vous renouvellerez éventuellement l'opération en été. Vous aurez une floraison moins abondante ces années-là, mais vous vous garantirez des années bien fleuries au-delà !

Arroser

La principale exigence de l'azalée, c'est l'eau ! Le sol doit rester frais, même en été, il faut donc compter avec des arrosages très réguliers et copieux, avec une eau non-calcaire. À la fin de l'été, vous pourrez espacer les apports. Soyez particulièrement attentif aux azalées en pot : le substrat se dessèche alors plus vite, et la plante dispose de peu de réserves : un coup de sécheresse lui serait fatal ! Petit truc : vous pouvez prévoir des petites cuvettes au pied des arbustes, puis étaler du paillis sur 10 cm d’épaisseur. Au printemps, arrosez le matin et en été, le soir, quand le soleil est couché. Si vous le pouvez, évitez une eau trop calcaire ! Une solution simple consiste à récupérer l'eau de pluie, mais ce n'est pas à la portée de tous... Dans le doute, un apport en engrais pour plantes de bruyère de temps à autre pourra résoudre le problème.

Arroser

La principale exigence de l'azalée, c'est l'eau ! Le sol doit rester frais, même en été, il faut donc compter avec des arrosages très réguliers et copieux, avec une eau non-calcaire. À la fin de l'été, vous pourrez espacer les apports. Soyez particulièrement attentif aux azalées en pot : le substrat se dessèche alors plus vite, et la plante dispose de peu de réserves : un coup de sécheresse lui serait fatal ! Petit truc : vous pouvez prévoir des petites cuvettes au pied des arbustes, puis étaler du paillis sur 10 cm d’épaisseur. Au printemps, arrosez le matin et en été, le soir, quand le soleil est couché. Si vous le pouvez, évitez une eau trop calcaire ! Une solution simple consiste à récupérer l'eau de pluie, mais ce n'est pas à la portée de tous... Dans le doute, un apport en engrais pour plantes de bruyère de temps à autre pourra résoudre le problème.

Pailler

S'il est un paillage préféré de l'azalée, c'est bien les écorces et les épines de pin ! Elles apporteront l'acidité dont elle raffole. Sinon, paillez avec du compost, surtout les jeunes plants les premières années. Pour les jeunes plants, les deux premiers hivers, et dans les régions les plus froides, il peut être prudent de protéger les pieds par un paillage, de bois ou de feuilles mortes.

Rempoter

Votre azalée, si elle est en pot, appréciera de nouvelles chausses, tous les 3 ou 4 ans ! Pratiquez le rempotage à la sortie de l'hiver. Sortez la motte du pot en tapant sur le bord de celui-ci. Couchez la motte sur le côté, puis avec un couteau bien aiguisé, coupez le tiers inférieur de la motte : le système racinaire de l'azalée est assez fin et dense et il est facile d’en diminuer la taille. Enlevez-en ensuite une couronne sur le pourtour. Vous aurez ainsi diminué la motte de moitié environ. Placez au fond du pot une couche de gravillons pour le drainage, et rempotez dans un mélange de terre et de terre de bruyère, avec un peu de sable. Enfin, tassez et arrosez copieusement. Quelques jours après, vous pourrez pratiquer une taille d’éclaircissage légère, en aérant le centre de la plante.

Fertiliser

Pour une belle floraison, prévoyez d'apporter au printemps et en automne de l'engrais pour plantes de terre de bruyère, aussi bien en pleine terre qu'en pot ; vous pouvez également faire un apport de fumier bien décomposé, au printemps, à épandre au pied des plantes. En terrain lourd et argileux, incorporez un peu de soufre en surface, en faisant bien attention à ne pas le sur-doser.

Arroser

La principale exigence de l'azalée, c'est l'eau ! Le sol doit rester frais, même en été, il faut donc compter avec des arrosages très réguliers et copieux, avec une eau non-calcaire. À la fin de l'été, vous pourrez espacer les apports. Soyez particulièrement attentif aux azalées en pot : le substrat se dessèche alors plus vite, et la plante dispose de peu de réserves : un coup de sécheresse lui serait fatal ! Petit truc : vous pouvez prévoir des petites cuvettes au pied des arbustes, puis étaler du paillis sur 10 cm d’épaisseur. Au printemps, arrosez le matin et en été, le soir, quand le soleil est couché. Si vous le pouvez, évitez une eau trop calcaire ! Une solution simple consiste à récupérer l'eau de pluie, mais ce n'est pas à la portée de tous... Dans le doute, un apport en engrais pour plantes de bruyère de temps à autre pourra résoudre le problème.

Arroser

La principale exigence de l'azalée, c'est l'eau ! Le sol doit rester frais, même en été, il faut donc compter avec des arrosages très réguliers et copieux, avec une eau non-calcaire. À la fin de l'été, vous pourrez espacer les apports. Soyez particulièrement attentif aux azalées en pot : le substrat se dessèche alors plus vite, et la plante dispose de peu de réserves : un coup de sécheresse lui serait fatal ! Petit truc : vous pouvez prévoir des petites cuvettes au pied des arbustes, puis étaler du paillis sur 10 cm d’épaisseur. Au printemps, arrosez le matin et en été, le soir, quand le soleil est couché. Si vous le pouvez, évitez une eau trop calcaire ! Une solution simple consiste à récupérer l'eau de pluie, mais ce n'est pas à la portée de tous... Dans le doute, un apport en engrais pour plantes de bruyère de temps à autre pourra résoudre le problème.

Arroser

La principale exigence de l'azalée, c'est l'eau ! Le sol doit rester frais, même en été, il faut donc compter avec des arrosages très réguliers et copieux, avec une eau non-calcaire. À la fin de l'été, vous pourrez espacer les apports. Soyez particulièrement attentif aux azalées en pot : le substrat se dessèche alors plus vite, et la plante dispose de peu de réserves : un coup de sécheresse lui serait fatal ! Petit truc : vous pouvez prévoir des petites cuvettes au pied des arbustes, puis étaler du paillis sur 10 cm d’épaisseur. Au printemps, arrosez le matin et en été, le soir, quand le soleil est couché. Si vous le pouvez, évitez une eau trop calcaire ! Une solution simple consiste à récupérer l'eau de pluie, mais ce n'est pas à la portée de tous... Dans le doute, un apport en engrais pour plantes de bruyère de temps à autre pourra résoudre le problème.

Surveiller

Les azalées sont souvent sujettes à la chlorose, qui se caractérise par un jaunissement des feuilles dû au calcaire. Le remède est simple : faites des apports pour augmenter l'acidité du sol ! Elles peuvent aussi être victimes d'attaques d'araignées rouges, notamment par temps chaud et sec. Les araignées rouges détestent l'humidité : douchez les feuillages le soir par temps chaud pour vous en débarrasser.

Identifier

Le rhododendron - ou azalée du Japon - est un arbuste étalé ou arrondi, pouvant parfois atteindre jusqu'à quinze mètres de hauteur, notamment dans l'Himalaya. On les rencontre de manière naturelle dans les régions montagneuses, telles que les Alpes, les Pyrénées, et plus loin dans le Caucase ou les Carpates ! C'est une plante extrêmement acidophile, mais certaines variétés acceptent d'être cultivées en sols neutres, voire légèrement calcaires - c'est le cas de Rhododendron hirsutum. Son feuillage est vert foncé, les fleurs, en forme de trompettes évasées peuvent être roses, blanches, rose lilas, mouchetées de pourpre, rose saumoné, carmin. Elles fleurissent généralement de février jusqu'à la fin juillet, pour les formes les plus tardives.

Planter

L'azalée est une plante de terre de bruyère - elle aime les sols plutôt acides ! Mais pas de panique si votre sol est plutôt calcaire : des amendements, ou tout simplement une culture en pot vous permettront de profiter de cette plante magnifique. Plantez-la en avril ou au début de l'automne. L'azalée apprécie une exposition mi-ombragée ou ombre : elle préférera une orientation nord-ouest. De plus, elle résiste plutôt bien aux froids de l'hiver. On peut les planter en groupe, en massif, en haie ou en bordure. Elle se plaira aussi en pot, en terrasse ou sur un balcon. Dépotez le pied. Détachez doucement les racines les unes des autres en vous assurant qu'elles ne se croisent pas. Mettez la motte dans un seau d’eau pour réhydrater le plant. Faites un trou important, environ un demi-mètre de côté, puis émiettez la terre que vous avez retiré et mélangez la à de la terre de bruyère - environ 1/3 de terre pour 2/3 de terre de bruyère. Vous pouvez aussi apporter un peu de sable et de terreau si vous en avez sous la main ! Jetez au fond du trou un peu d’engrais organique pour plantes de terre de bruyère. Disposez votre plante au milieu du trou en prenant soin d’étaler les racines sur le fond. Si votre sol est trop calcaire, vous pouvez mettre un feutre géotextile au fond du trou afin de créer une sorte de fosse de terre de bruyère. Comblez ensuite le trou avec la terre de bruyère, tassez légèrement le sol, et arrosez abondamment !

Multiplier

Pour multiplier les azalées, il faut bouturer ! Pas simple, résultat non garanti, mais celui qui n'essaie pas ne se trompe qu'une seule fois ! Nous vous proposons une bouture de rameaux : en juillet, après la floraison, équipez-vous d'un sécateur désinfecté et bien aiguisé, d'un couteau bien tranchant ou d'un greffoir si vous en avez un, d'un mélange de terre de bruyère additionnée de sable, d'un peu d'hormone de bouturage et de pots. En juillet, à la fin de la floraison, vous pouvez commencer par préparer les pots, qui doivent être propres. Ajoutez un peu de graviers au fond pour assurer un bon drainage. Remplissez les de mélange de terre de bruyère et de sable de rivière. Prélevez une bouture de tige semi-aoûtée à l'aide du sécateur. C'est quoi ? Ce sont ces rameaux qui présentent une partie marron, ligneuse de bois dur, et un bois nouveau, vert et mou, généralement en été, d'où le nom ! À ce stade de développement, l'enracinement des tiges prélevées sera meilleur pour la reprise des boutures. Supprimez les fleurs sur la bouture et les boutons éventuels, coupez les feuilles à la base de la bouture. Trempez celle-ci dans de la poudre d'hormone de bouturage, et façonnez un trou dans chaque pot d'environ 3 cm de profondeur à l'aide d'un gros crayon, par exemple. Insérez la bouture en prenant soin de ne pas ôter la poudre au passage, et rebouchez en tassant délicatement la surface du substrat. Arrosez, au pulvérisateur, en humidifiant totalement le mélange. Couvrez le pot, par exemple avec la moitié inférieure, découpée, d'une bouteille de plastique. Vous installerez les pots à l'ombre, en veillant à ce qu'ils ne manquent jamais d’eau, tout l'hiver : vous pourrez repiquer au printemps suivant.

Pailler

S'il est un paillage préféré de l'azalée, c'est bien les écorces et les épines de pin ! Elles apporteront l'acidité dont elle raffole. Sinon, paillez avec du compost, surtout les jeunes plants les premières années. Pour les jeunes plants, les deux premiers hivers, et dans les régions les plus froides, il peut être prudent de protéger les pieds par un paillage, de bois ou de feuilles mortes.