Retour

Mandarinier

Clémentinier ou mandarinier? Alors?

Nom commun : Mandarinier
Nom latin : Citrus reticulata
Famille : Rutacées
Catégorie : Fruitier

Le mandarinier, que vous cultiverez en pot dans une serre froide ou une véranda ensoleillée non chauffée, comme son cousin le citronnier, ou si vous avez la chance de profiter d'un climat plutôt méditerranéen - en terre.

Type de plante Fruitier
Végétations Vivace
Autres noms
Hauteur à maturité 200 - 600
pH 6 - 7
Emplacement / Exposition
Exposition 6
Granulométrie 0
Besoins en eau 3
Résistance au gel Moyenne
Zone USDA 9a
Pailler

Originaire de régions tropicales où la pluviométrie atteint jusqu'à 2 000 mm/an, les mandariniers aiment un sol toujours frais mais bien drainé. Leurs racines sont pour la plupart superficielles, et ils n'apprécient pas la présence d'herbes ou d'autres plantes qui leur font concurrence. Paillez, pour vous éviter d'avoir à désherber, et pour garder le pied au frais ! Les épines de pin ou les écorces de cacao lui conviendront parfaitement.

Rempoter

Un mandarinier cultivé en pot a besoin d'apports réguliers, au risque de ne pas être au mieux de sa forme ! Rempotez au printemps, tous les 2 à 3 ans environ, en changeant le maximum de substrat pour un terreau de qualité spécial agrumes ou plantation. Assurez vous que le fond du pot est bien percé - ajoutez quelques graviers au fond pour un effet drainant.

Récolter

La récolte s’effectue de novembre à mars : c’est donc souvent à l’intérieur que les fruits muriront. Maintenez une terre légèrement humide tant que vous n'avez pas cueilli les derniers fruits.

Protéger

Si votre mandarinier est en pleine terre, mais que vous craignez tout de même une éventuelle période de gel, n'hésitez pas à couvrir son pied d'un bon tas de feuilles mortes pour les semaines les plus rudes. Entourez également le tronc d’un paillasson épais (jonc tressé, roseau, paille de seigle ou de riz…), maintenu par des liens. Vous pouvez aussi recouvrir la frondaison d’un voile d’hivernage !

Fertiliser

La gourmandise en eau des mandariniers accélère le lessivage des sols : il faut impérativement fertiliser - surtout les mandariniers en pot ! Pour une belle récolte, apportez donc régulièrement un engrais riche en azote et en potasse. En hiver, on réduira les apports à un par mois, puis on les reprendra au printemps, à une fréquence d’une fois tous les quinze jours.

Sortir

Sortez votre mandarinier en pot pour l'été, à partir de mai. Trouvez lui un coin en plein soleil, mais à l'abri du vent qui dessèche ses feuilles !

Arroser

Le saviez vous? Le mandarinier a en été un langage particulier pour vous expliquer s'il a soif ! Ainsi, des feuilles pointant vers le haut signifient une insuffisance en eau. Les feuilles orientées vers le bas, à l'inverse, signifient un excès en eau ! Cela dit, durant les beaux jours, le mandarinier en pot à l'extérieur est soumis à une forte évaporation : il a donc besoin d'arrosages très réguliers en cette saison pour pousser de manière optimale. Le mélange ne devra jamais sécher complètement entre deux arrosages en été, mais il ne faut pas non plus laisser d'eau stagnante dans la coupelle. En hiver, vous arroserez encore à un rythme soutenu tant que l'arbre porte des fruits - et vous pouvez descendre à une fois par mois ensuite, en laissant légèrement le substrat sec entre deux arrosages.

Fertiliser

La gourmandise en eau des mandariniers accélère le lessivage des sols : il faut impérativement fertiliser - surtout les mandariniers en pot ! Pour une belle récolte, apportez donc régulièrement un engrais riche en azote et en potasse. En hiver, on réduira les apports à un par mois, puis on les reprendra au printemps, à une fréquence d’une fois tous les quinze jours.

Arroser

Le saviez vous? Le mandarinier a en été un langage particulier pour vous expliquer s'il a soif ! Ainsi, des feuilles pointant vers le haut signifient une insuffisance en eau. Les feuilles orientées vers le bas, à l'inverse, signifient un excès en eau ! Cela dit, durant les beaux jours, le mandarinier en pot à l'extérieur est soumis à une forte évaporation : il a donc besoin d'arrosages très réguliers en cette saison pour pousser de manière optimale. Le mélange ne devra jamais sécher complètement entre deux arrosages en été, mais il ne faut pas non plus laisser d'eau stagnante dans la coupelle. En hiver, vous arroserez encore à un rythme soutenu tant que l'arbre porte des fruits - et vous pouvez descendre à une fois par mois ensuite, en laissant légèrement le substrat sec entre deux arrosages.

Surveiller

Observez votre mandarinier en hiver : si vos feuilles noircissent, c'est un coup de froid, et si elles pâlissent, c'est un manque d’engrais ! Le mandarinier peut aussi avoir d'autres ennuis : Les pucerons se voient à l’œil nu, sous les feuilles, près des nervures. Pulvérisez sur les feuilles de l’eau savonneuse, ou un mélange eau et huile d’olive qui en plus, nourrira votre plante. Les cochenilles, elles, s’enferment dans une carapace brune ou sous un feutrage blanc, au dos de la feuille contre la nervure principale et excrètent un miellat qui finira par attirer des champignons. Le feuillage du mandarinier est décoloré, son vert vire au gris argenté, de petites toiles d’araignée se forment au bout des feuilles ? Votre mandarinier est attaqué par des araignées rouges. Contre les cochenilles et les araignées rouges, on peut préventivement humecter le feuillage en y vaporisant plusieurs fois par semaine de l'eau non calcaire et non javellisée.

Rentrer

Dès l'automne, rentrez les pots. Hivernez votre mandarinier en pot dans un emplacement très lumineux et hors gel : la température idéale devra se situer entre 8 et 12°C - surtout pas dans votre salon, ou alors résignez vous à vivre à ces températures ! Pendant l'hivernage, arrosez encore tant que l'arbuste porte des fruits, puis vous espacerez peu à peu, en laissant le substrat sécher légèrement entre deux apports.

Identifier

Le mandarinier, Citrus reticulata, est une espèce de petit arbre de la famille des Rutacées, cultivé dans les régions méditerranéennes et subtropicales pour son fruit. La clémentine est un hybride de la mandarine, elle doit son nom au frère Clément qui l’aurait créée en 1892 en croisant un mandarinier avec un bigaradier. Attention : pour pouvoir le conserver dans les régions tempérées, il est nécessaire de le rentrer en hiver en serre froide, c'est à dire dans un endroit lumineux mais dont la température avoisine les 8 à 12° ! Dans nos intérieurs trop chauffés, ce n'est pas l'idéal pour lui.

Planter

Vous planterez le mandarinier en pot, sauf en climat vraiment doux. Choisissez un grand bac ou un pot de préférence en terre cuite percé en son fond pour assurer une bonne évacuation de l'eau. Placez au fond du pot une épaisse couche de graviers ou de billes d'argile équivalente à environ 20% du volume du pot. Composez un mélange de bon terreau, de compost et de sable de rivière de granulométrie moyenne. Étalez une couche de ce mélange au fond du pot et placez-y votre mandarinier de manière à ce que le point de greffe dépasse légèrement de la surface du pot car il ne devra jamais être enterré. Comblez les espaces vacants avec le mélange et tassez autour du pied. Arrosez copieusement pour éliminer les éventuelles bulles d'air dans la terre. Rajoutez du mélange si nécessaire en surface. En pleine terre, plantez le mandarinier en plein soleil, à l'abri du vent, idéalement contre un mur, dans un sol léger, un peu acide et bien drainé. Par contre, n'essayez jamais de le cultiver en intérieur, il ne supporte pas la chaleur des appartements.

Tailler

Taillez le mandarinier pour l'inciter à faire plus de ramifications, pour un port plus compact et moins étalé. Les premières années, coupez chaque nouvelle tige, une fois sa croissance finie - les nouvelles feuilles sont alors plus foncées et ont durcies - en ne lui laissant qu’une longueur de 20 cm. On pratique une taille par mois, de mai à septembre, jusqu’à ce que le mandarinier ait pris sa forme. Par la suite, une seule taille dans l’année suffira, à la sortie de l’hiver. On éliminera alors les branches mortes ou malades ainsi que celles se chevauchant, pour ouvrir la plante et laisser pénétrer la lumière.