Retour

Manguier

Un manguier chez vous, pourquoi pas?

Nom commun : Manguier
Nom latin : Mangifera indica
Famille : Anacardiacées
Catégorie : Fruitier

Le manguier ou mangifera est un arbre originaire de l'Inde orientale et de Birmanie, et largement cultivé dans les pays tropicaux. Gardé en grand pot ou en bac sous nos latitudes, il prendra l’aspect d’un arbuste très ramifié, au feuillage pendant, dense et fourni, et peut vivre de longues années en intérieur s'il reste à la chaleur - mais ne vous donnera pas de fruits !

Type de plante Fruitier
Végétations Vivace
Autres noms
Hauteur à maturité 100 - 200
pH 6 - 7
Emplacement / Exposition
Exposition 6
Granulométrie 4
Besoins en eau 4
Résistance au gel Moyenne
Zone USDA 9a
Identifier

Les feuilles du manguier sont ovales et allongées, rougeâtres quand elles sont jeunes, elles prennent une couleur vert foncé en vieillissant. Elles sont assez dures et brillantes, et ont une senteur rappelant la térébenthine. L’écorce est lisse, de couleur gris brun, parfois presque noire, et légèrement fissurée. Le manguier est originaire de l'Inde orientale et de Birmanie. Il fut introduit au XVI° siècle en Afrique par les Arabes et au Brésil par les Portugais, et se trouve largement cultivé dans tous les pays tropicaux à partir du XVII° siècle. Il craint les pluies au moment de la floraison (en hiver) qui contrarient la fécondation : une saison sèche de deux à trois mois favorise le départ de la floraison. Il existe environ 300 cultivars de manguier dont certaines sont présentes en Asie depuis 4000 à 5000 ans. On nomme parfois mangotier l'arbre non greffé. Il produit des fruits plus petits, plus fibreux.

Pailler

Originaire de régions tropicales où la pluviométrie atteint jusqu'à 2 000 mm/an, le manguier aime un sol toujours frais mais bien drainé. Paillez pour garder le pied au frais ! Compost décomposé, ou restes de tonte sèche lui conviendront très bien.

Arroser

Maintenez le mélange humide en permanence par des arrosages généreux en été. Toutefois, ne le détrempez pas pour autant et pensez à vider la soucoupe. Une jeune plante sera également particulièrement sensible au dessèchement du mélange - surveillez ! En hiver, pensez à réduire les arrosages mais sans laisser le mélange se dessécher totalement. La plante au repos a toujours besoin d'humidité, mais doit sentir une nette différence entre l'abondance des apports en été et ceux plus modérés en hiver. Pendant la floraison - si vous appercevez un bourgeon vous avez de la chance ! - un certain "stress hydrique" - l'absence d'eau ! - peut permettre une meilleure floraison.

Rempoter

Un manguier cultivé en pot a besoin d'apports réguliers, au risque de ne pas être au mieux de sa forme ! Rempotez au printemps, tous les 2 à 3 ans environ, en changeant le maximum de substrat pour un terreau de qualité. Assurez vous que le pot est assez grand et profond, et que le fond du pot est bien percé - ajoutez quelques graviers au fond pour un effet drainant. Si vous ne voulez pas rempoter, vous pouvez "surfacer" : cela consiste à renouveler le substrat sur les premiers centimètres, sans changer la plante de pot.

Protéger

Si votre manguier est en pleine terre, mais que vous craignez tout de même une éventuelle période de gel, n'hésitez pas à couvrir son pied d'un bon tas de feuilles mortes pour les semaines les plus rudes. Entourez également le tronc d’un paillasson épais (jonc tressé, roseau, paille de seigle ou de riz…), maintenu par des liens. Vous pouvez aussi recouvrir la frondaison d’un voile d’hivernage !

Rentrer

Dès l'automne, rentrez les pots. Hivernez votre manguier en pot dans un emplacement très lumineux et hors gel : la température idéale devra se situer entre 8 et 12°C - surtout pas dans votre salon, ou alors résignez vous à vivre à ces températures ! Pendant l'hivernage, arrosez encore tant que l'arbuste porte des fruits, puis vous espacerez peu à peu, en laissant le substrat sécher légèrement entre deux apports.

Planter

Le manguier possède une puissante racine pivotante : un pot très profond, de type pot à rosier bien large sera nécessaire à sa culture. Drainez le fond du pot avec des billes d'argile pour éviter la stagnation de l'eau au niveau des racines, puis remplissez le pot d'un mélange très riche composé de bon terreau, de compost et de poudre de corne broyée, avant d'y repiquer votre jeune plant.

Repiquer

Le manguier possède une puissante racine pivotante : un pot très profond, de type pot à rosier bien large sera nécessaire à sa culture. Drainez le fond du pot avec des billes d'argile pour éviter la stagnation de l'eau au niveau des racines, puis remplissez le pot d'un mélange très riche composé de bon terreau, de compost et de poudre de corne broyée, avant d'y repiquer votre jeune plant.

Tailler

Vous pouvez tailler votre manguier, principalement pour lui donner une forme ou supprimer les branches faibles : il supporte très bien la taille ! Mais ce n'est pas du tout obligatoire...

Arroser

Maintenez le mélange humide en permanence par des arrosages généreux en été. Toutefois, ne le détrempez pas pour autant et pensez à vider la soucoupe. Une jeune plante sera également particulièrement sensible au dessèchement du mélange - surveillez ! En hiver, pensez à réduire les arrosages mais sans laisser le mélange se dessécher totalement. La plante au repos a toujours besoin d'humidité, mais doit sentir une nette différence entre l'abondance des apports en été et ceux plus modérés en hiver. Pendant la floraison - si vous appercevez un bourgeon vous avez de la chance ! - un certain "stress hydrique" - l'absence d'eau ! - peut permettre une meilleure floraison.

Surveiller

Observez votre manguier en hiver : si vos feuilles noircissent, c'est un coup de froid, et si elles pâlissent, c'est un manque d’engrais ! Le manguier peut aussi avoir d'autres ennuis : Les pucerons se voient à l’œil nu, sous les feuilles, près des nervures. Pulvérisez sur les feuilles de l’eau savonneuse, ou un mélange eau et huile d’olive qui en plus, nourrira votre plante. Les cochenilles, elles, s’enferment dans une carapace brune ou sous un feutrage blanc, au dos de la feuille contre la nervure principale et sécrètent un miellat qui finira par attirer des champignons. Contre les cochenilles, on peut préventivement humecter le feuillage en y vaporisant plusieurs fois par semaine de l'eau non calcaire et non javellisée.

Fertiliser

La gourmandise en eau des manguiers accélère le lessivage des sols : il faut assez souvent fertiliser - surtout les manguier en pot ! Pour un manguier en forme, apportez donc régulièrement un engrais riche en azote et en potasse - on trouve dans le commerce des engrais pour agrumes assez adaptés. En hiver, on réduira les apports puis on les reprendra au printemps, à une fréquence d’une fois tous les 2 mois, selon les besoins.

Sortir

Sortez votre manguier en pot pour l'été, à partir de mai. Evitez le plein soleil, surtout les premiers jours d'exposition !

Fertiliser

La gourmandise en eau des manguiers accélère le lessivage des sols : il faut assez souvent fertiliser - surtout les manguier en pot ! Pour un manguier en forme, apportez donc régulièrement un engrais riche en azote et en potasse - on trouve dans le commerce des engrais pour agrumes assez adaptés. En hiver, on réduira les apports puis on les reprendra au printemps, à une fréquence d’une fois tous les 2 mois, selon les besoins.

Semer sous abri

Vous cultiverez le manguier en pot, sauf en climat vraiment doux. Après avoir consommé une mangue, lavez le noyau sous le robinet. Ensuite, ouvrez avec un couteau l'extrémité la plus étroite de façon à ce qu'on puisse y passer le doigt : c'est par cette ouverture que sortira la future pousse. Plantez le noyau dans un mélange bien humide de tourbe, de terreau et d'un peu de terre de jardin. Le noyau côté ouvert doit affleurer la surface du mélange. Couvrez le pot d'une vitre ou d'un sachet de matière plastique transparent. Pour obtenir une germination rapide, il faudra une température d'environ 25° avec une bonne humidité. Les jeunes pousses peuvent apparaître au bout de 3 semaines : placez alors votre pousse en situation bien éclairée et arrosez régulièrement mais sans excès. Vous pourrez rempoter normalement au printemps suivant.