Retour

Mauve

Essayez la mauve, fleur sauvage !

Nom commun : Mauve
Nom latin : Malva spp.
Famille : Malvacées
Catégorie : Vivace

Mauve sylvestre, mauve musquée : des fleurs sauvages qui conviennent parfaitement à nos jardins et nos balcons : c'est même une plante idéale pour tous ceux qui n'ont pas beaucoup de temps à consacrer à leur jardin !

Type de plante Vivace
Végétations Vivace
Autres noms
Hauteur à maturité 45 - 100
pH 6 - 7
Emplacement / Exposition
Exposition 6
Granulométrie 4
Besoins en eau 5
Résistance au gel Très bonne
Zone USDA 6a
Arroser

L'arrosage est surtout nécessaire les premières semaines, et en cas de très grosses chaleurs. Maintenez le substrat des semis un peu humide. Après plantation des plants achetés en godets, laissez sécher la terre entre deux arrosages sur 5 cm jusqu'aux premiers signes de reprise de la végétation, et arrosez assez copieusement. Une fois bien installés, arrosez vos plants seulement par temps sec et venteux ou en cas de sécheresse prolongée. En hiver, elle déteste avoir le pied mouillé !

Planter

Plantez la mauve achetée en godet de mars à mai ou de septembre à octobre, en pleine terre ou en pot. Plantez la mauve en sol ordinaire, mais bien drainé, à mi-ombre. Elle résiste bien à la sécheresse et supporte les terrains pauvres, voire même calcaires. En pot, préférez un coin plus ensoleillé, et un substrat composé de terreau et de terre de jardin. En pleine terre, creusez un trou de 3 fois la grosseur de la motte. Mélangez une poignée de compost à la terre d’origine - si votre sol est lourd ajoutez du sable grossier, voire du gravier pour un meilleur drainage. Laissez tremper la motte dans une cuvette pendant 3 minutes. Installez la plante et rebouchez. Pour un plus bel effet, installez au moins 3 plantes espacées de 30 à 40 cm. Placez les variétés très grandes de préférence en fond de massif. En pot, drainez avec des billes d’argile ou des graviers et ajoutez le mélange de terreau et de terre de jardin.

Arroser

L'arrosage est surtout nécessaire les premières semaines, et en cas de très grosses chaleurs. Maintenez le substrat des semis un peu humide. Après plantation des plants achetés en godets, laissez sécher la terre entre deux arrosages sur 5 cm jusqu'aux premiers signes de reprise de la végétation, et arrosez assez copieusement. Une fois bien installés, arrosez vos plants seulement par temps sec et venteux ou en cas de sécheresse prolongée. En hiver, elle déteste avoir le pied mouillé !

Pincer

Lorsque les plants mesurent 30 cm de haut, pincez-les pour les aider à se ramifier - coupez la tige principale entre le pouce et l'index, au dessus de deux feuilles.

Rabattre

Laissez la touffe fanée en hiver, les graines vont nourrir les oiseaux mais rabattez la touffe au ras du sol en mars.

Tuteurer

Les grandes espèces peuvent atteindre 1,20m de hauteur : prévoyez un système de tuteurage en zone venteuse !

Semer

Vous pouvez aussi semer directement en place, en ligne ou à la volée - idéalement à l'automne, dans un sol préparé et bien drainé.

Tailler

La taille n'est pas nécessaire - néanmoins si vous devez la pratiquer, pour des raisons de forme - faites le en milieu de printemps.

Eclaircir

Pour les semis réalisés en pleine terre, éclaircissez à 15 ou 20 cm lorsque les plants ont 3 ou 4 feuilles.

Arroser

L'arrosage est surtout nécessaire les premières semaines, et en cas de très grosses chaleurs. Maintenez le substrat des semis un peu humide. Après plantation des plants achetés en godets, laissez sécher la terre entre deux arrosages sur 5 cm jusqu'aux premiers signes de reprise de la végétation, et arrosez assez copieusement. Une fois bien installés, arrosez vos plants seulement par temps sec et venteux ou en cas de sécheresse prolongée. En hiver, elle déteste avoir le pied mouillé !

Récolter

De juin à octobre, le matin, récoltez les feuilles et les fleurs, pour les cuisiner ! Attention : ne cueillez que celles qui ne sont pas attaquées par la rouille. Profitez-en pour couper quelques tiges à mettre en vase : la mauve forme de jolis bouquets. En cuisine et pour la santé : utilisez les fleurs le plus rapidement possible. Le feuillage, lavé et roulé dans un torchon humide peut se conserver 3 jours au réfrigérateur. Pour la santé : pour les utiliser en hiver, faites sécher les tiges, tête en bas, dans un local ombre, sec et aéré. Pour la décoration : Si vous voulez conserver votre bouquet le plus longtemps possible, dès la cueillette, mettez les branches dans un seau d’eau, les tiges devant tremper entièrement. Entreposez ce seau dans une pièce sombre et fraîche. Quelques heures plus tard, composez votre bouquet, après avoir taillé les tiges de quelques centimètres et supprimé toutes les feuilles susceptibles de tremper dans l’eau du vase.

Multiplier

La mauve se multiplie par semis ou division de touffes. Divisez les touffes lorsqu’elles ont 2 ou 3 ans, en mars ou en octobre. Sortez la touffe à la fourche bêche, et séparez les racines. Replantez les éclats à leur place définitive. Par ailleurs, la mauve se ressème spontanément, mais vous pouvez récupérer les semis spontanés en mai ou juin, et les repiquer en godet ou les replanter directement en pleine terre s’ils sont assez solides. Il est également possible de récolter les graines lorsqu’elles sont mûres, en septembre ou octobre, un jour de temps sec. Conservez-les dans une enveloppe opaque jusqu’à la plantation.

Semer sous abri

Semez la mauve sous abri, en terrine, de mars à mai. Utilisez un substrat composé de sable et de terreau. Recouvrez les graines de 1/2 cm de terre, tassez avec les mains. Arrosez au pulvérisateur pendant les premiers jours.

Surveiller

Comme toutes les autres espèces de la famille des Malvacées, la mauve peut être sujette à la rouille. Pour éviter cet assaut, rabattez la plante fin juin. La rouille est assez facile à repérer et à reconnaître. La face supérieure de certaines feuilles présente des auréoles rougeâtres ou jaunâtres, et lorsque l'on retourne la feuille, on découvre, sur sa face inférieure, de petites pustules poudreuses dont la couleur varie du beige au brun, en passant par le jaune et le orange. Pour lutter contre la rouille, optez pour une décoction de prêle - une mauvaise herbe - pardon plante sauvage ! - poussant en colonies, dans les prés ou en lisière de forêt, de préférence dans des lieux frais voire humides, acides. Riche en silice, la prêle renforce la résistance des plantes aux maladies cryptogamiques : taches noires des rosiers, cloque du pêcher, mildiou, et, bien sûr, rouille… Agissez presque comme si vous faisiez une décoction pour vous, avec des plantes médicinales. Là, c’est une décoction de plantes au service d’autres plantes !