Retour

Myrtillier

Brimbelles, bleuets...Les myrtilles, que du bonheur !

Nom commun : Myrtillier
Nom latin : Vaccinium spp.
Famille : Ericacées
Catégorie : Fruitier

Cousin des ronces et des mûriers, le myrtillier est un arbuste vigoureux et touffu, d'environ 1,50m de haut. Ses fleurs blanches, teintées de rouge, apparaissent en mai. La fructification s'établit sur le bois de 2 ans et se raréfie sur les rameaux de 4 ans et plus. Les myrtilles réunies en grappes de baies juteuses sont bleu noir et mûrissent de fin juin à août. Le myrtillier exige un sol acide, léger, et riche en humus, à mi-ombre.

Type de plante Fruitier
Végétations Vivace
Autres noms brimbelle, bleuets, airelles
Hauteur à maturité 80 - 150
pH 4 - 6
Emplacement / Exposition
Exposition 5
Granulométrie 4
Besoins en eau 5
Résistance au gel Très bonne
Zone USDA 6a
Pailler

Paillez au mois d'avril, pour garder l'humidité. Arrosez copieusement et paillez en couche épaisse. Vous pouvez utiliser les tontes sèches de gazon, des copeaux de bois, des écorces, de la paille, des feuilles mortes. Ecorces et aiguilles de pin seront les bienvenues pour le myrtillier qui a besoin de terre acide !

Arroser

Contrairement à d'autres fruitiers à baies, les myrtilliers demandent pas mal d'eau, en particulier les premières semaines de leur installation, mais aussi pendant la fructification, et à fortiori s'ils sont gardés en bac ou en cas de forte sécheresse. Maintenez le substrat humide, mais surtout paillez les pieds : selon la qualité du paillage, vous pourriez n'avoir à faire que de très rares apports. Le myrtillier réclame une terre acide : dans l'idéal, évitez une eau trop calcaire !

Surveiller

Le myrtillier est globalement assez résistant aux maladies ! Vous pouvez cependant être confronté à l'oïdium - feutrage blanc sur tout ou partie de la plante et notamment sur les feuilles - à la rouille - pustules orange brun sous les feuilles - aux pucerons - les feuilles s’enroulent et perdent leur couleur d’origine - et aux limaces, pour les variétés basses. Contre l'oïdium, vous pouvez à titre curatif traiter avec une décoction de purin d'orties : on trouve même aujourd'hui du purin d'orties en jardinerie - 100% bio ! Les pucerons se nourrissent principalement des feuilles, surtout au printemps. Pour lutter contre les pucerons, adoptez quelques coccinelles ! Il existe quantité de moyens de s'en débarrasser, évitez cependant la méthode consistant à vaporiser une solution d'eau savonnée sur les arbres fruitiers. Pour les limaces, une bonne solution consiste à pailler avec des épines de pin, qui feront fuir les bébettes, et acidifieront le sol !

Identifier

Vaccinium myrtillus est la myrtille commune, mais l'appellation peut également se rapporter à Vaccinium uliginosum, la myrtille des marais et à plusieurs espèces américaines dont certaines sont cultivées : Vaccinium caespitosum, Vaccinium corymbosum, Vaccinium angustifolium, Vaccinium deliciosum pour les plus connues! Au sens botanique, les myrtilles appartiennent au groupe des airelles, terme utilisé alors pour l'ensemble des espèces du genre Vaccinium.

Tailler

Taillez vos myrtilliers vers la fin de l’hiver, idéalement en février. Le temps doit être plutôt doux et sec, sans risque de gelées. Pratiquez une taille de nettoyage : aérez d’abord le centre du massif car la lumière qui y pénètre est déterminante, en supprimant les tiges inclinées ou chétives. Sachez qu'une branche ne produit pas plus de 3 ou 4 années de suite : vous pouvez donc les tailler lorsqu’elles ne produisent plus.

Arroser

Contrairement à d'autres fruitiers à baies, les myrtilliers demandent pas mal d'eau, en particulier les premières semaines de leur installation, mais aussi pendant la fructification, et à fortiori s'ils sont gardés en bac ou en cas de forte sécheresse. Maintenez le substrat humide, mais surtout paillez les pieds : selon la qualité du paillage, vous pourriez n'avoir à faire que de très rares apports. Le myrtillier réclame une terre acide : dans l'idéal, évitez une eau trop calcaire !

Récolter

Manger les fruits directement sur l'arbre - difficile d'y résister ! Toute la question est de savoir si vous devriez manger cette baie-ci, qui mériterait bien encore 3 ou 4 heures de soleil, maintenant, ou si quelqu'un l'aura mangée avant que vous ne repassiez au jardin ! Plus sérieusement, les fruits doivent être bien bleus, gorgés de jus, fermes et souples sous la pression des doigts. Quand on dit bleu, c'est bleu ! Non, encore un peu ! Cueillez de préférence le matin.

Planter

Vous pouvez planter d'octobre à mars pour les drageons en racines nues, et jusqu'en mai pour les plants en conteneurs, mais en évitant au maximum les périodes de gel. Attention ! Plantez plusieurs pieds pour garantir la pollinisation et la fructification, au moins deux, même de différentes variétés ! Le myrtillier aime une exposition au soleil mais supporte la mi-ombre, surtout s'il est adossé à un mur qui l'abritera et le maintiendra au chaud. Il préférera un sol acide, et vous le rendra en fruits ! Pensez à bien désherber avant la plantation pour éviter tout risque de concurrence, notamment avec les adventices - ce que d'autres, moins savants que vous, nomment encore "mauvaises herbes" - et limiter les invasions et maladies. Dans un sillon de 8 à 10 cm de profondeur, idéalement en ligne orientée nord-sud, espacez chaque plant d'1,5 mètre, et comptez 1,5 mètre également entre les sillons. Amendez le sol en surface lors de la plantation avec du compost. Attention : n'enterrez pas le collet du plant, cela ralentirait sa croissance.

Multiplier

Pour les variétés basses, vous pouvez procéder, au printemps, à une division de touffe. Déterrez la souche, et divisez les vieux pieds en ne gardant que les éclats les plus sains. Repiquez ces éclats dans un sol léger et enrichi, non calcaire - et arrosez copieusement pendant quelques semaines. Pour les variétés dites "hautes", le plus simple est d'effectuer une multiplication par marcottage.

Palisser

Palissez vos myrtilliers avant qu'ils ne grandissent trop, d'une part pour contenir leur développement, qui peut se révéler assez rapide, mais aussi pour assurer une production de fruits optimale. Si vous avez un rang entier de myrtilliers - chanceux ! - , plantez en ligne des piquets légers, de manière à tendre des fils de fer, à 40 puis à 80 cm de hauteur de part et d'autres de vos plants, écartés d’environ 60 cm. Les myrtilliers pousseront et resteront contenus entre ces fils - et en plus, c'est joli et ordonné ! Surveillez bien les tiges et n'hésitez pas à faire rentrer dans le rang une mèche rebelle ! Si vous n'avez qu'un plant ou deux, vous pouvez utiliser des tuteurs pour maintenir les tiges, mais il faudra les surveiller régulièrement, voire changer de tuteur en cours de saison !